mardi 3 avril 2012

Avril comme Brésil ?



Voilà que nos poissons d'avril iront désormais plus vite que nos ferries en mer Égée. Depuis hier, les armateurs appliquent des tarifs en hausse tout en réduisant la vitesse des navires de 20%, il y a donc du Mémorandum aussi sous la ligne de flottaison.



* Photo de couverture: Établissement privé. "Centre des langues étrangères". Athènes, le 2 avril 2012

12 commentaires

fincaparaiso a dit…

il ne peut y avoir de soulèvement ou de révolution sans une organisation structurée ayant la volonté de prendre le pouvoir

fincaparaiso a dit…

savez vous si les forces de police chargées de maintenir l'ordre ou de disperser les manifestants(leur zèle dans votre pays est impressionnant) ont vu leurs salaires amputé au meme titre que ceux des autres fonctionnaires?

Toutatis a dit…

Il est bien évident que des gens comme Mélanchon chez nous ou votre gauche ne souhaitent pas la rupture avec l'U.E. Car ce qu'ils haïssent par dessus tout c'est la notion de "nation". Je n'en dirais pas autant de quelqu'un comme Chevènement, mais il a disparu comme force politique autonome. La plus grande partie des forces politiques est idéologiquement acquise à la mondialisation, même s'ils prétendent s'opposer à certaines de ses conséquences (la libre circulation des capitaux pour ceux qui se disent de "gauche", et celle des personnes pour ceux qui se disent de "droite") sans se rendre compte qu'il n'y a qu'un seul paquet, on ne peut pas prendre uniquement dedans ce qui nous intéresse.
Une autre chose qui m'étonne dans vos descriptions de la Grèce et dans d'autres, c'est la persistance de prix élevés pour quasiment tout. Je le comprendrais pour les produits importés, mais pas pour ceux produits localement, ou ceux où le service compte le plus, comme les coiffeurs ou les cafés. Normalement ils devraient être moins de la moité de ce qu'on trouve en France, étant donné les nouveaux salaires en Grèce. Par exemple on trouve chez les coiffeurs une coupe pour 15€ en France, ou des pommes de terre à 20cts le kilo, de la farine à moins de 40cts le kilo, etc...

Panagiotis Grigoriou a dit…

Eh bien pour un changement de cap je ne vois pas de telle volonté ni de structure pour le moment, d'où une partie du problème...

Bibi a dit…

Houps! Votre article me demandant réflexion avant de m'exprimer, je le relis... et y reviendrai!

Panagiotis Grigoriou a dit…

Oui, y compris chez eux les salaires ont été amputés. Un policier des unités des MAT (CRS) gagne entre 700 et 1300 euros par mois environ, sauf chez les officiers gradés. Ainsi, à chaque manifestation, des citoyens parfois retraités, crient à l'encontre des policiers "honte, honte à vous, en plus pour bientôt 500 euros par mois, vous tapez sur le peuple"; je me souviens lors des manifestations de juin 2011 étant manifestant, j'ai assisté à une telle explosion verbale de colère et d'indignation de la part d'un autre manifestant alors relativement âgé, le jeune MAT s'est mis à pleurer mais, il n'a pas changé de camp !

Panagiotis Grigoriou a dit…

C'est tout le problème encore : "La plus grande partie des forces politiques est idéologiquement acquise à la mondialisation, même s'ils prétendent s'opposer à certaines de ses conséquences"; eh bien cette opposition (utile disons "psychologiquement"), n'a aucune portée politique réelle, il me semble. Pour ce qui est de la nation, jusqu'à prouver autre chose, elle existe comme réalité palpable, symbolique et porteuse à la fois d'histoire et d'imaginaire chez tous les peuples de notre vieille Europe. L'ignorer c'est ignorer ce cadre potentiellement apte à recevoir en la modelant, toute organisation sociétale (au minimum) contrôlable par les citoyens. Notre gauche confond me semble-t-il, les arguments de la mondialisation et ceux de l'internationalisme, ainsi elle tombe dans une sorte piège. En est-elle consciente ? Vous avez raison pour les prix, mais ce "normalement" est introuvable, même la Troïka en est surprise,prétendent-ils certains journalistes.

Nicolas VDR a dit…

Et alors, vous préconisez quoi pour le vote en France ?

Que l' on vote Hollande qui est du même tonneau que vos Papandreou et consorts ?

Rappelez-moi, c'est dans quel pays que la politique est une affaire de famille, à droite comme à "gauche" et ce depuis des décennies ?

Combien de mega yachts au Pirée ont été envoyés par le fond, histoire de donner un avertissement aux milliardaires grecs ?

Panagiotis Grigoriou a dit…

Je ne préconise rien et je pense comme vous, les partis dits "socialistes" en Europe occidentale ne font preuve d'aucune opposition à la bancocratie systémique. Je n'ai jamais apprécié les "familles" alors très néfastes de la politique grecque mais je ne suis pas le seul votant dans ce pays ! Par contre vous vous trompez sur les armateurs car leurs yachts ne sont pas au Pirée, tout comme leurs affaires et leurs immatriculations des navires.

Bibi a dit…

Je me demande si une réflexion n'est pas à mener plus personnellement avant que d'espérer changer le monde.

Pour ce qui est de la France, au sujet de la prochaine élection à venir, je pense que c'est aussi le cas. En effet, je trouve que des expressions, des moeurs,constats, nouveaux sont apparus depuis une quinzaine d'année, contenant beaucoup de violence et d'irrespect. Le temps des concessions (mot aucunement péjoratif pour moi) me semble clos, et celui de l'intransigeance venu. Il me paraît si difficile d'admettre que nul n'est parfait! Ainsi nos candidat(e)s sont-ils quasi systématiquement éreinté(e)s...Et s'éloigner de ces représentants me parait un peu comme cautionner les errements.

Ne faudrait-il pas réfléchir autrement, se poser certaines questions, dont les réponses permettraient, y compris à nos décideurs, de se comporter pour le mieux de tous?
- Qu'est-ce que l'argent aujourd'hui? Est-il la même chose pour tous?
- Que devrait-il être?
- Est-il nécessaire de concevoir et de créer plus que ce dont l'humain a besoin? Si oui, pourquoi?
- Est-il normal de parler d'écologie en n'y incluant l'humain que comme étant capable soit de la respecter, soit de l'utiliser de manière rentable (travail)?
- L'humain n'est-il pas partie de l'environnement?
- Y a-t-il un sens de créer, construire des choses irréversibles?
- Si oui, en quoi ne créer du réversible serait-il un problème?
- Qui a construit la première frontière et pourquoi?
- Pourquoi les frontières sont-elles souvent liées à des enjeux économiques?
- Peut-on se dire écologique, défenseur des droits de l'homme, sans envisager un monde sans armement?
- Pourquoi tant d'humains ont-ils besoin de leader pour oser exprimer leurs révoltes?
Je crois bien qu'il peut y avoir des milliers de questions, mais que le problème est, peut-être, de se les poser ou pas, et de les poser ou pas.

Anatole a dit…

@ Toutatis
Il me semble que les idées du Front de Gauche (défendues par Mélenchon) concernant l'UE, sont à la fois plus complexes et plus intéressantes. Il suffit pour s'en faire une idée de suivre le lien que voilà : http://dai.ly/HNqIRO

Andy a dit…

Bonjour. Ok pour la rupture, je suis également d'avis que nous avons les mains liés si l'on reste dans le carcan de Lisbonne. Toute fois je ne suis pas tout à fait d'accord qu'aucun candidat de gauche en France ne l'a compris et ne propose de rupture sur ce sujet. Voir la résolution du Parti de gauche sur l'euro, c'est exactement ça. Un texte politique d'une rare qualité en ce qui me concerne : http://www.jean-luc-melenchon.fr/arguments/resolution-du-parti-de-gauche-sur-l%E2%80%99euro/

Quand à l'article de E.Arié, il est trop facile de faire allusion à l'arnaque sur le temps partiel et similaires au Front de gauche dont une grande partie du programme concerne le plein emploi et la limitation des emplois précaires. Pour moi un programme ce n'est pas une mesure prise sans contexte, mais une vision du futur et un ensemble cohérent de mesures pour y arriver. Bonne lecture et beaucoup d'espoir.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...