lundi 26 mars 2012

Fête nationale exclusive



Notre nouveau régime méta-démocratique devient de plus en plus exclusif et pourquoi pas, inventif. On prolonge le mandat inexistant du “gouvernement” actuel comme on prolonge la durée dite de la dette, mais on fait pourtant court, très court, sur une partie d'elle, surtout lorsqu'il s'agit de mettre à bas les avoirs des organismes ex-paritaires d'assurance-maladie et de prévoyance.



* Photo de couverture: “Nous voulons qu'on nous rende notre patrie

3 commentaires

brigetoun a dit…

pardon - et merci

ilros a dit…

que dire !!! bientôt le portugal et l' espagne pff il se pourrait bien que de multiples guerres civiles se déclenchent dans cette europe à bout de souffle avant même la grande confrontation israelo-otanesque avec l' iran qu' on nous vends depuis des mois !!
le simple quidam comme moi ne comprends plus rien du tout de toute façon à ce qui nous arrive et pendant ce temps là chez moi à toulouse mohamed merah fait un carnage dramatique qui occulte tout ce qui ce passe ailleurs dans le monde et en grece notamment.
ainsi va la vie,il m' arrive de regretter souvent le temps de mon enfance !!! le temps de l' innocence.

David a dit…

Il faut tout de même que la Grèce soit une non démocratie pour interdire la fête nationale au peuple.... C'est aberrant. Cela en est même ridicule. Quel est le sens du symbole de la démocratie que la fête nationale, si les politiques doivent ce réfugier à distance du peuple.... Nous sommes dans l'absurde grotesque.
Comment parler de démocratie et construire un futur sur une telle réalité.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...