dimanche 19 février 2012

Nous sommes tous prêts



Les temps changent. En Grèce déjà, les premières prémices du printemps modifient notre univers. Sous un soleil radieux ce matin sur Athènes, nous nous préparons pour les manifestations du jour place de la Constitution

9 commentaires

Nicolas VDR a dit…

J'adore les bateaux (peut-être mes origines grecques et mon ancien métier de marin de commerce...) et pour un marin, cela fait toujours mal au cœur d'en voir un détruit.

Cependant, voici une exception qui me fait plaisir : la mer Égée à pris un symbole de cette oligarchie qui se gave sur notre dos, en profitant de ses relations politiques : un méga-yacht comme ils les appellent. Voici le lien, si je peux me permettre :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/02/18/le-mega-yacht-de-stephane-courbit-a-fait-naufrage_1645340_3224.html

Toutatis a dit…

Il me semble qu'une fois que la Grèce aura quitté l'euro en faisant défaut totalement sur sa dette le problème sera plus clair pour vous.
Il aurait fallu commencer par là il y a deux ou trois ans.
Le problème des fraudeurs par exemple est alors posé d'une façon beaucoup plus évidente : un fraudeur grec vole le peuple grec, puisque le système financier fonctionne en circuit fermé.

mendia a dit…

Lecteur assidu de ce blog depuis plusieurs mois, mais silencieux et solidaire, je remarque avec joie que ce message marque une évolution dans tant de marasme. je soulignerais :
1. la tonalité générale optimiste
2. le point CRUCIAL du "volume" est abordé. Car nous avons tous a l'esprit l'exemple du voisin fraudeur ou à la "marge". Mais le véritable enjeux n'est pas là. Il FAUT comprendre que le volume des captations passées en cours et futures, légales ou pas, restent sans commune mesure. La culpabilisation est un tour de magie pour néophytes, certes très réussi. Mais nous devons regarder derrière le miroir.
3. la solidarité s'amorce. Le spectacle le plus intolérable - et nous devons lutter - est celui d'une politique programmée et insidieuse qui voit monter les nations les unes contre les autres. Nombre de personnes prennent conscience que la ligne de fracture, derrière le miroir, est sociale ; non entre peuples et cultures. Cette solidarité nous oblige à nous observer pour comprendre et assimiler nos expériences. Le Peuple Grec, comme précurseur malheureux et malgré lui, nous convainc de cheminer avec lui. Un témoignage poignant - pour ceux qui n'aurait eu la chance de visionner cette vidéo - et qui prouve que CETTE SOLIDARITE EXISTE :
http://www.dailymotion.com/video/xmpawn_temoignage-dimitri-assemblee-citoyenne-grabels_news#from=embediframe

Un merci chaleureux à l'auteur du blog, pour la qualité des messages et surtout, pour l'évocation de tous ces personnages anecdotiques mais qui, pris dans "la grande histoire", n'en sont que plus Humains et émouvants.

Martine-Bxl a dit…

Voyez cet article sur libé : Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques»
L'ancien ministre de l'Economie argentin, Roberto Lavagna, a sorti son pays de la crise en 2002, en se passant des services du FMI. Il préconise la même solution pour la Grèce.
Commenter

Recueilli par Gérard Thomas, à Buenos Aires http://www.liberation.fr/economie/01012390907-nous-avons-sauve-les-gens-plutot-que-les-banques

Anonyme a dit…

Bonjour Panagiotis

on sait bien la relativité des sondages, toutefois, mentionnons tout de même celui d'hier (ifop, lien ci-dessous) où presque un "sondé" français sur deux pense que "la France pourrait connaître la même situation que la Grèce".
Sans être cynique, on peut supposer que dans l'émergence ( - enfin !!!) de la solidarité européenne envers vous, s'inscrit la naissance de cette prise de conscience de la connexion de tous nos pays entre eux, dans les plans des banksters.

http://www.sudouest.fr/2012/02/18/un-francais-sur-deux-estime-que-la-france-peut-connaitre-la-meme-situation-qu-en-grece-63729


Αλληλεγγύη , να συνεχίσετε τον αγώνα!

Dedi a dit…

En complément à Martine-bxl
L´Islande et le Portugal en ont fait, plus récemment, de même que non seulement l´Argentine mais aussi le Paraguay etl´Equateur qui n´a fait que suspendre sa dette.
Pour l´Islande:
http://leveil2011.syl20jonathan.net/?p=9032
Pour le Portugal:
http://www.portugalmania.com/flash-portugal/d-0411/dette-portugal.htm

La dénonciation des fraudes bancaires et des coupables a été rapportée par un quotidien officiel, la Tribune de Genève
http://archives.tdg.ch/actu/monde/goldman-sachs-camoufle-dette-grece-parie-faillite-2010-02-15

Denderman a dit…

On aimerait bien... , mais pour le Portugal l'article est bizarrement daté du "1 Avril 2011" Notez qu'avec un salaire minimum de +- 560 Euros, il y a longtemps que les Portugais se voient "grecs" ,... vieille expression populaire portugaise "Ver-se Grego"

Bibi a dit…

Je suis heureuse d'avoir découvert votre blog. Quelles solutions sont-elles proposées en Grèce, pour un retour à une pleine démocratie, et pour une justice pour tou(te)s?

Dedi a dit…

En effet, pour le Portugal, le lien en bas de page "Information de dernière heure à ce sujet" mène à une autre page annonçant un poisson d´avril.Désolé pour cette désinformation involontaire de ma part, bien que le contenu reste néanmoins intéressant.

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...