dimanche 12 février 2012

Athènes ce soir... peuple et casseurs bancocrates



Mikis Theodorakis Place Syntagma - 12/02/2012 (photo eurokinisi)
Le Mémorandum II c'est la guerre. On le savait de toute façon. La Place de la Constitution devient ce soir un champ de bataille, pas le seul. Les journalistes sur les lieux désignent déjà plusieurs « fronts » autour et sur la Place de la Constitution. La terminologie est guerrière, comme il se doit, « attaque, replie, tactique, blessés ». Tout a commencé au moment où Mikis Theodorakis et Manolis Glezos (héros de la Résistance – 1940) s'apprêtaient à rejoindre les milliers de manifestants devant le « Parlement ». En ce moment précis, les colonels-bancocrates ont alors donné l'ordre d'attaquer les citoyens. Tel fut leur plan. Provoquer des « incidents » pour « annuler » la marche citoyenne. Plan rodé et connu.

Plan assez réussi pour l'instant. Faire bruler la ville par les "casseurs", toujours prêts à "rendre service", montrer que "la rue" est "dangereuse", rejoignant le chef de l'extrême droite dans ses déclarations. Et surtout dissuader les citoyens à manifester. Ainsi au moment du vote la place sera vidée, et on peut parier que ce lundi, les médias vont se focaliser sur les destructions en ville, et non pas sur le sens du vote.

Je remarque que l'exécution de ce plan, a été davantage précipitée en termes de temps, de "moment opportun", qu'en juin dernier. Faire voter un texte anticonstitutionnel ayant en face plusieurs milliers de citoyens en train de manifester (pacifiquement) n'est pas supportable, c'est une image cauchemardesque, comportant de surcroit, le risque de « déstabiliser » également les opinions publiques ailleurs qu'en Grèce dans le "mauvais" sens. Donc, "offrant" lundi matin , un centre ville en partie détruit, c'est également déstabilisateur, mais allant dans le sens des maitres gouvernants. Les repères seront brouillés, la peur et le désespoir peuvent renaître chez les Grecs, surtout à présent, car ils semblaient, ne plus avoir peur. Voila l'essentiel du vrai sens de cette Athènes, si allumée ce soir. Pour le reste; casseurs attitrés et vrais manifestants en colère, ont fait le.... reste. Ah, et il ne faut pas oublier ceci : sans l'usage généralisé des lacrymogènes et autres trouvailles chimiques, les casseurs n'auraient pas pu trouver matière... dangereuse. Ils auraient été neutralisés par les manifestants.

Ce n'est pas par hasard si tout a commencé, lorsque Mikis Theodorakis et Manolis Glezos ont voulu pénétrer dans hémicycle, pour « regarder les députés droit dans les yeux et leur dire : Vous vous apprêtez à voter la mort de la Grèce » (selon leurs propres déclarations).

Le personnel médical de « l'Assemblée Nationale » a aussitôt conduit au dispensaire Manolis Glezos, car il a subi un malaise. Vers 19h48, alors rétablis, ils sont restés dans le bâtiment. Nombreux sont les manifestants qui ne quittent pas le centre de la ville, certains tentent leur retour sur la Place de la Constitution.
Ce midi, entre temps, une première expertise juridique émanant des juristes du « Parlement » faisait état de l'inconstitutionnalité du Mémorandum II. Mais nos députés... Merkoziens veulent passer outre.

A l'intérieur du « Parlement » le ton monte. Un député communiste, a fait du Mémorandum II (700 pages), un projectile, alors jeté sur le ministre Venizelos en pleine séance.

Cette nuit fut longue (elle ne sera pas la seule), de plus en plus de citoyens tentaient encore tard dans la soirée, à reprendre leur place et notre... Constitution. Sauf que les "casseurs" orchestrés sont également des éléments vitaux du régime bancocrate. Terre brûlée.
Un député communiste, a fait du Mémorandum II un projectile


32 commentaires

Francis Jacques a dit…

Nous sommes avec vous et inquiets aussi pour ce peuple si gentil, si généreux, si joyeux aussi, inventeur de la démocratie et qui doit la reconquérir. C'est tout de même une symbolique forte. Les autres peuples d'Europe auront des références pour mener leurs actions, car la Grèce est leur laboratoire. Les autres vont suivre. Ma machine argent est enrayée. D'ieu ne doit pas être étranger à cela. Et D'ieu est terrible avec les idolâtres et autres adorateurs du veau d'or. Bon courage.

ben a dit…

Ce qui se passe en Grèce est terrifiant pour l'avenir de tous les européens, les évènements laissent présager du pouvoir immense des technocrates/banquiers faisant des gouvernements leurs pantins.
Le vote, vidé de son sens, ne réglera plus rien.
Comment la bataille contre l’appauvrissement général des peuples pourra se gagner?
Répondre à cette question c'est envisager le pire.
Courage au peuple grec.

ilros a dit…

il faut que les grecs pètent un câble une bonne fois pour toute prenez d' assaut ce parlement non de dieu la révolte des peuples face à l' oligarchie bancocrate c' est vous et c' est maintenant !!!!

Laurent A. a dit…

Bonsoir,

d'après les nouvelles que j'ai de Grèce, 10 magasins (un grand batiment isolé) ont déjà flambé, les manifestants ont été repoussés du périmètre de la vouli. Plus d'une vingtaine de parlementaires ont décidé de ne pas voter le texte.

Si vous voulez suivre la situation en direct (en grec) :

http://www.zougla.gr/page.ashx?pid=85&amp

Kp@graf a dit…

La méche est allumée...

Bolo a dit…

Nous suivons avec inquiétude les événements. Que le peuple grec sache rester le gardien de la vrai démocratie.
Avec toute notre solidarité.

Christian a dit…

Courage ! De tout coeur avec vous......

jiemo a dit…

J'ai vécu en direct la mort d'une démocratie , je ne pensais pas connaître un évènement si attristant de mon vivant ; l'horreur de ces trois webcams ,l'une pointant l'hémicycle avec en encart les incendies , les deux autres montrant des ombres circulant sur la place à la recherche d'un avenir improbable , restera gravée à tout jamais dans ma mémoire !
Ce monde est d'un cynisme sans limite !

Courage à vous frères grecs !

Le 29 février , nous devrions tous aller à Bruxelles pour secouer le cocotier et en faire tomber les singes qui prétendent vouloir notre bien commun !

Gül a dit…

Courage à vous tous!

Après les incendies de magasins, qui chez vous, mettra le feu au parlement qui vous a tant trahi?

Nous savons que ce qui vous arrive, nous attend et nous sommes de tout coeur avec vous dans cette lutte contre l'infamie spéculative.

Hélène a dit…

On vous admire et... il y a des alternatives! Mais qui parle de l'Islande? Les images d'émeute en Grèce sont plus "vendeuses", elles permettent de "faire un exemple", de terrifier toutes les populations européennes et d'imposer le "Tina"... avec une classe politique dont la complaisance est affolante(mais qu'avons-nous en France?)

La révolution en cours de l’Islande



par deena stryker





On se souvient que, au début de la crise financière de 2008, l’Islande fit littéralement faillite. Les raisons ne furent mentionnées qu’en passant, et depuis lors, ce membre peu connu de l’Union Européenne a semblé s’éclipser de l’actualité.



A mesure qu’un pays Européen après l’autre fait face a une quasi-faillite, mettant en péril l’euro, l’Islande devient un phare d’espoir pour avoir choisi les gens avant le profit. voici pourquoi:



Cinq ans d’un régime néo-libéral ont conduit à une privatisation de toutes les banques en Islande, (320.000 habitants, pas d’armée). afin d’attirer les investisseurs étrangers, ces banques offraient des services bancaires en ligne dont les coûts minimes leur ont permis de fournir des taux de rendement relativement élevés.



Ces comptes (bancaires), appelé Icesave, ont attiré de nombreux petits investisseurs anglais et néerlandais. à mesure que les investissements augmentaient, les dettes étrangères des banques augmentaient aussi. en 2003, la dette de l’Islande équivalait à 200 fois son pnb (produit national brut), et en 2007, elle était de 900 pour cent.



La crise financière mondiale de 2008 devint le coup de grâce. les trois principales banques islandaises firent faillite et furent nationalisées, tandis que la couronne (monnaie de l’Islande) perdit beaucoup de sa valeur par rapport à l’euro. a la fin de cette année-là, le pays a se déclara en faillite.





Les citoyens récupèrent leurs droits



Contrairement aux attentes mondiales, la crise a conduit la population à prendre le pouvoir de son pays, à travers un processus de démocratie participative directe. Ceci a finalement conduit à une nouvelle constitution, mais seulement après une persévérance féroce.



Geir Haarde, le premier ministre d’une coalition gouvernementale sociale-démocrate, négocia un prêt de plus de deux millions de dollars, auquel les pays nordiques ajoutèrent deux millions et demi de dollars supplémentaires. mais la communauté financière étrangère fit pression pour que l’Islande impose des mesures drastiques.



Des protestations et des Émeutes s’ensuivirent, obligeant finalement le gouvernement a être remplacé par une coalition de gauche nouvellement formée.



La coalition plia finalement face aux exigences provenant de l’extérieur et selon lesquelles l’Islande devait payer un total de trois millions et demi d’euros. cela aurait exigé de chaque islandais de payer 130 $ par mois pendant quinze ans, a 5,5% d’intérêt, afin de rembourser une dette contractée par des parties privées vis-a-vis d’autres parties privées. ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.

Nbxl a dit…

Bonjour. Nouveau ici. N´est il pas possible de saboter le système, et introduire ça propre monnaie? Comme le Totnes Pound, par exemple.

râleuse a dit…

bonjour
je me suis permis de copié/collé ce texte de votre blog sur le mien.si toutefois cela vous est désagréable , il suffit de m'en avertir et je le retirerai aussitôt.
merci

Jacoti a dit…

L'évolution de l'homme, video des guignols.


http://www.youtube.com/watch?v=b_L1EQAReaM&feature=related

Huguettte a dit…

Pour Nbxl: http://www.1001monnaies.com/2011/01/20/grains-de-sel/

Vous pouvez aussi vous renseignez sur la désargence par JP Lambert, ou encore le revenu minimum d'existence, qui pose enfin la question nécessaire: doit on être rémunéré parce qu'on travaille, où ne peut-on pas être rémunéré pour travailler, et de là avoir le choix de ce que l'on veut faire, être porté dans des projets individuels ou collectifs, et surtout reprendre le temps qu'on nous vole actuellement...

Merci à l'auteur de ce blog de nous permettre d'être tenus un peu au courant de la réalité grecque, autre que par nos médias corrompus.
Je sais que ce n'est qu'une question de mois pour que cette même réalité s'abatte sur la France et d'autres pays, si les gouvernements continuent de servir une minorité financière avide d'argent et de pouvoir, au lieu de représenter comme il se doit de le faire son peuple.
Je n'ai même pas 25 ans, et je sais que ma vie sera traversée de grands moments historiques, car nous sommes dans l'impasse du capitalisme (que beaucoup avait "prédit" dans leurs réflexions...), et ce monstre ne s'arrêtera que lorsque tous les peuples du monde décideront qu'il est temps pour eux de s'unir et ne former qu'un même bouclier contre lui. Nous devons reprendre le pouvoir de choisir et d'agir qui est nôtre, nous devons nous rassembler et échanger, et nous rendre compte que de réelles alternatives ont été pensées et le sont encore actuellement. De plus en plus de personnes se regroupent pour réfléchir à d'autres possibles, ne marchant ni sur l'utopie ni sur l'espoir.
C'est la dernière et la seule alternative qu'il nous reste.
Capitalisme ne rime pas avec démocratie réelle.
En espérant qu'il ne faudra pas prendre les armes pour y arriver...

Un grand courage à vous en Grèce, ne lâchez rien, et merci pour ces articles.

Giuditta a dit…

Et l'Allemagne oublie ses dettes!
http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/michel-colomes/grece-quand-l-allemagne-oublie-ses-dettes-23-09-2011-1376657_55.php

fx a dit…

Spectacle desolant, 20minutes apres le debut officiel de la manifestation, la place etait vide, les manifestants chasses !
J'ai bien peur que la violence soit maintenant la seule solution face a ce gouvernement non representatif et sourd !

jiemo a dit…

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/02/13/bruxelles-denonce-l-accumulation-de-desequilibres-macroeconomiques-en-europe_1642497_3234.html

A qui le tour ?

Ben a dit…

Et la Grèce brûle( avec l aide de casseur pantins) . Finissons en avec l ' oligarchie financière et la gouvernance mondiale (FMI, BCE,FED,UE,USA,Wall street, La city état dans l état) reprenons nos destins en main et la souveraineté de nos pays ( au moins financière) . Le bassin méditerranéen s' emflamme ( Tunisie, Egypte, Syrie,Lybie,Grèce) peut etre bientot L' espagne, l' Italie, le portugal et il ne manquerait plus que l' Iran et Israel.
Pendant que les peuples luttent pour la base d' une vie digne, le choc permet de faire passer d' ignobles lois et réformes pour nous asservir. A LIRE " LA STRATEGIE DU CHOC" NAOMI KLEIN.

Battons nous pour nos vies et non pas les uns contre les autres comme ce Systeme démoncratique va le faire, celon le viel adage DIVISER POUR MIEUX REGNER.

elcastafior a dit…

Bonsoir,

Je suis loin d'être un connaisseur de la question grecque.
Mais comme beaucoup (j'imagine), je m'interroge. Comment a-t-on pu en arriver là ? Certes, rien, RIEN ne peut excuser le traitement scandaleux que la population grecque doit endurer... Mais la responsabilité initiale de cette situation, à quoi incombe-t-elle ?
La faute de la classe politique grecque en général, et des conservateurs en particulier, n'est-elle pas écrasante? Des politiques démagogiques, corporatistes et clientélistes, des élites irresponsables, achetant les voix à coups de subventions, signant des traites sans provision sur l'avenir pendant des décennies...Une eurocratie complice, acceptant l'entrée de la Grèce en zone euro tout en connaissant parfaitement la réalité financière du pays...

Je ne puis m'empêcher de penser que nombreux sont ceux qui ont délibérément profité de cette situation pour s'enricher sans vergogne... Le peuple a été berné par les démagogues. Le clientélisme est le pire ennemi de la démocratie. Mais ce peuple, champion paraît-il de la fraude fiscale, n'a-t-il pas fait preuve d'une immaturité et d'un manque de civisme navrants ?

C'est terrible à dire, mais le corps électoral grec ne doit-il pas admettre que la responsabilité initiale est sienne ?
N'avons-nous pas,d'ailleurs, tous autant que nous sommes, les élites que nous méritons ?

Qu'on ne se trompe pas, cela n'excuse en rien la politique brutale et cynique du FMI et de la CE à l'égard de ce pays à qui nous, européens, devons tant.

Puisse l'exemple grec être salutaire pour nous tous. bien évidemment, quelles que soient leurs responsabilités passées, les grecs ont absolument raison de se révolter, et j'ai honte, en tant qu'européen, de voir comment nos concitoyens de l'Union sont traités.

Cruel révélateur de la réalité de notre système...

J'en tire pour ma part deux leçons.

Pour les grecs, la démocratie a un prix, il s'appelle l'impôt, et une exigence, qui est le civisme. L'un n'étant évidemment rien sans l'autre.

Pour nous tous, pas encore concernés (mais notre tour viendra bientôt, je le crains), la réalité de l'Europe est celle d'un système financier brutal et cynique, ultra-libéral, pour qui la réalité des peuples passe bien après l'abstraction de la monnaie.

L'Europe doit être démocratique... ou ne pas être.
J'espère qu'au moins, le terrible exemple de la Grèce nourrira de façon salutaire le débat de l'élection présidentielle à venir (même si, hélas... j'en doute fort)

Désormais, il est temps, me semble semble-t-il de s'interroger que ce que chacun de nous peut faire pour venir en aide, autant que faire se peut, au peuple grec...et pour faire en sorte que le scénario ne se répète pas ailleurs.

Nicolas VDR a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Nicolas VDR a dit…

Je ne pense pas que ce soit l'ouvrier, employé d'un chantier de réparation navale à Perama qui soude dans des citernes de pétroliers en plein été sous 50° C ou bien l'employée de supermarché qui n'ont pas payés leurs impôts ou participé à mettre leur pays dans cette situation.

En France, on a essayé de faire passer tout un peuple pour des magouilleurs, voire même des fainéants et apparemment, cela a marché et c'est bien triste mais le français de base ne demande que ça : casser de l'étranger.

Posez-vous la question pour nous, en France : on nous dit que nous avons vécu au dessus de nos moyens et qu'il va falloir se serrer la ceinture : en ce qui me concerne, je constate qu'ils ont privatisé quasiment tout ce qui nous appartenait, les impôts n'ont pas diminués, les hôpitaux ferment, la sécurité sociale rembourse moins, les routes sont de plus en plus pourries, le pouvoir d'achat à drastiquement diminué, la précarité elle, à augmenté. Les entreprises sont exonérées pour beaucoup, de cotisations sociales (trou de la sécu, retraites en rapport).Je ne me sens en rien responsable de la dette de notre république bananière.

Je suis d'accord avec vous que l'on a les dirigeants que l'on mérite et c'est valable pour nous, en France : des gens aux revenus modestes ont mis des riches au pouvoir croyant que ça allait améliorer leur sort et pour assouvir leur xénophobie. On disait avant que le peuple français était cartésien.Je dirais plutôt qu'il est, au moins pour 53%, d'une stupidité infinie et d'une naïveté incroyable : en quel honneur les plus riches consentiraient à renoncer à un peu de leur fortune pour améliorer la vie des plus pauvres ???

Pour venir en aide au peuple grec, il faudra commencer par voter intelligemment dans notre propre pays.

Qu'ils s'en aillent tous !

Cassandre a dit…

@ Ben

Je pense qu'à présent, nous sommes dans la "stratégie du chaos" plutot que la "stratégie du choc"
http://www.michelcollon.info/spip.php?page=recherche&recherche=la+strategie+du+chaos&x=5&y=6

Tom Peixinho a dit…

Petite participation à l'édifice au combien important. Il existe en France un Comité de l'Audit Citoyen de la dette pour dénoncer le remboursement de la dette illégitime auprès des citoyens et les politiques d'austérité qui vont avec!!!


A la base, le CADTM milite pour l'annulation de la "dette odieuse" du tiers-monde (voir Debtocracy : http://www.dailymotion.com/video/xk9g91_la-gouvernance-par-la-dette-debtocracy-1sur2_news)

Ils ont appelés en France à la création de comités dans chaque département pour militer sur cette question au combien cruciale. Ce n'est peut-être pas grand chose encore, mais c'est en commençant tout petit que l'on fait de grandes choses.


http://www.cadtm.org/

http://www.audit-citoyen.org/?page_id=420

PS : cool de voir que la Stratégie du Choc est lu car ce livre est riche d'enseignements sur le néo-libéralisme!

Huguettte a dit…

Sans oublier les cadeaux énormes qu'ils se font entre eux ces riches, tous les grands groupes qui ne payent pas leurs impôts (allez faire un tour sur http://www.fruncut.org/recession), les prix exorbitants dont notre cher président se fout dans ses déplacements, et ses dépenses futiles qui sont d'une réalité qui nous dépasse..! C'est à coup de millions d'euros qu'on pille le citoyen, le tout en l'engueulant de travailler plus pour... Mais pour qui se prennent-ils??
Quand au vote, nous ne sommes pas du tout dans une démocratie réelle, le vote représentatif n'est qu'une clownerie. Le pourcentage qui a voté pour Sarko aux dernières élections n'est pas du tout majoritaire si l'on ôte les absentionnistes, le vote blanc, et les votes aux autres partis (qui comprennent tous ces partis de gauche qui ne sont pas foutus de recréer ensemble quelque chose de fort aux valeurs vraiment ancré à gauche). Le PS n'est que l'aile gauche de la droite.
Tous ces politicards sortent de la même école, d'une génération qui n'a plus du tout la réalité actuelle d'un citoyen lambda en face.
Et aucun de ces soit-disant représentants du peuple dénonce clairement (ou si peu) la main mise de la finance sur la politique des pays, ni ne parle au grand jour de tant d'alternatives qui ont été pensées...

"Dans le passé nous nous sommes crées à travers la comédie de la tragédie humaine, maintenant il se peut que nous nous anéantissions dans la tragédie de la comédie humaine"
Edward Bond, dramaturge.

Il est temps que le peuple se réveille, comprenne, sorte de son ignorance, arrête de gober cette dictature d'experts et de spécialistes à deux francs six sous, et reprenne sa vie en main.
Je refuse de suivre une route toute tracée que ce système m'impose, je refuse de passer ma vie à trimer pour rien, je refuse de vivre comme bon LEUR semble, et je n'ai même pas envie de devenir mère dans ce monde sans queue ni tête...
2012, il est temps.

Huguettte a dit…

Oui, pour un audit citoyen de la dette! Le site est très bien, ils viennent tout juste de lancer un calendrier des actions locales. Il faut partager au maximum, et expliquer aux gens autour de nous qui sont dans l'ignorance et attendent encore que TF1 leur expliquent...

J'ai aussi vu ceci sur internet je vous le transmet:

http://www.1millionsignatures.eu/

à partager... :)

oulipia a dit…

Bonjour Panagiotis

dimanche,certains tweets grecs disaient que des porteurs d'uniformes des MAT ne s'exprimaient pas en grec - et je lis aussi ceci : http://agorabrussels.visibli.com/share/rqykeq


Selon vous, fantasme ou réalité ?


Courage à vous tous, en tout cas...

lejournaldepersonne a dit…

Το όνομά μου είναι Ελένη ... είμαι Ελληνίδα ... Ελλάδα ...
Πόσο παράξενη τρυφερότητα;
Η Πατρίδα μου γράφεται μόνο με κεφαλαία ΑΘΗΝΑ μητέρα, νονά!
Αποφάσισα στο μάτι της κάμερας, να τερματίσω την ζωή μου.
Έλουσα με βενζίνη τον εαυτό μου θυσία στην πυρά!
Επειδή δεν θέλω να την παραδώσω, για μια χούφτα ευρώ.............


Je m'appelle Hélène...

http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/je-mapelle-helene/

Je m’appelle Hélène…Je suis grecque… la Grèce… quelle étrange tendresse ?
Ma ville natale ne s’écrit plus en lettres capitales
ATHÈNES mère, marraine !
J’ai décidé sous l’œil de cette caméra
De mettre fin à mes jours
De m’arroser d’essence et de m’immoler par le feu
Parce que je n’ai pas envie de te céder
Pour une poignée d’euros
Ni de concéder une goutte d’hydrogène et deux gouttes d’oxygène pour combler un trou que l’Europe a creusé pour nous abuser toutes les deux.
Athènes, mère, marraine !
Je n’ai pas envie que tu meures
Je n’ai pas envie qu’on t’assiste
Pour respirer, manger ou bouger
Je n’ai pas envie de te confier à un tiers
Ni te mettre entre les mains de quelques pervers europhiles… des financiers déguisés en justiciers pour te sous-traiter comme une vulgaire marchandise avant de te retirer tes organes vitaux et te vider de ton sang et jeter tes mémoires dans les poubelles de l’histoire…
Pour eux, ta vie ne vaut pas un euro
Et un euro qu’est-ce que ça vaut ?

Ben a dit…

Merci cassandre pour ce lien, je pense que je vais acheter ce livre.

Ivet a dit…

Merci de nous faire parvenir votre témoignage. Vous nous montrez la façon dont on transforme une manifestation totalement justifiée du ras-le-bol des Athéniens, du peuple grec, manifestation à laquelle participaient deux grandes figures de l'histoire grecque en des débordements regrettables, comment on livre le centre d'Athènes à des casseurs et à ceux qui les manipulent Le but recherché a été atteint, ce matin les médias ne parlaient que des destructions, bien entendu regrettables! Même si les Grecs ne sont pas exempts d'erreurs, même s'ils ont commis des abus, il nous semble néanmoins très injuste que le peuple grec soit doublement victime. Victime de ses élus qui ont dilapidé les biens publics, victime de mesures contreproductives imposées par le FMI et l'union européenne qui ne conduiront que dans une impasse. Un peuple dont 50% des jeunes est au chômage n'a plus d'espoir.
Nous aimons la Grèce et les Grecs mais hélas nous sommes impuissants devant cette situation dramatique et dans les pays de l'UE nous pouvons constater l'actualité de cette remarque du grand poète Séféris " l'équivalent contemporain du baiser de Judas c'est l'indifférence."

Témoin de L'Abolition de la Raison a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Témoin de L'Abolition de la Raison a dit…

Bonjour, "Ce n'est pas l'Euro qu'il faut sauver, c'est notre peau!" à lire http://0z.fr/h9D6w sur L'Abolition de la Raison, le feuilleton de l'extrême, le feuilleton de la psychiatrie de la Mondialisation et des politiques.
La Mondialisation est la plus grande organisation terroriste de tous les temps. Elle a financé Hitler tout comme les banques nationales et privées à l'époque et aujourd'hui, la Mondialisation et les banques financent la faillite des salariés, des retraités et des générations futures, la suppression de nos droits et de notre liberté. La crise est virtuelle, la crise est une mise en scène exécutée par les politiques du monde qui ne sont autres que les collabos, dans "le sens noble" du terme de la dernière guerre, de la Mondialisation. L'Union Européenne est une branche armée de la Mondialisation, tous les acteurs Européens, Merkel and Co et les Français coupables tel Sarko, Fillon, Wauquiez, Woerth, Guéant, Hollande, Aubry, DSK, Vall, Royal etc. sont des terroristes et nous devrons les juger car ils ont organisé le génocide français et Européen en adoptant anticonstitutionnellement la constitution Européenne que les français avait refusé par référendum. Ils sont responsables de la faillite de la France et ils ont concouru à la faillite Grecque, Islandaise, Belge, Portugaise, Espagnole, Italienne, Française etc...
A lire également "DSK : « Nous avons multiplié la misère Française par 6,55957 et LA MISERE GRECQUE PAR 340,375 HAHAHA !! »" http://0z.fr/223Gf sur http://labolitiondelaraison.over-blog.com/ Partagez sans pitié, merci!

Simone Le Baron a dit…

Un peu tard, je lis ce commentaire. Bravo Francis, tu me réconcilies avec nos compatriotes français. C'est exactement ainsi qu'il faut voir les choses, tu les décris parfaitement, tu es dans la réalité hellénique et européenne à la fois. Merci, je ne me sens plus seule désormais...
Simone
http://simone-le-baron.blogspot.com

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...