lundi 6 février 2012

Âge de clash



Dimanche 5 février. De l'heure du laitier à celle du petit déjeuner, puis entre midi et jusqu'à l'heure du thé et bien ensuite, la Troïka et “nos gouvernants” négocient parait-il. Réunions en cohorte. Ministres Papadémiens, chefs des partis Papadémiens, et enfin Papadémos lui-même en chair, en os et en... agios, à un moment tardif de la soirée, rencontrant...

12 commentaires

Rostov a dit…

Bravo monsieur pour ce blog extrêmement enrichissant.
Et courage au peuple grec ! Le peuple français est derrière vous !

Nicolas VDR a dit…

Bonjour,

moi aussi je vous remercie de faire exister ce blog qui nous informe de l'extrême gravité de ce qui se passe en Grèce et qui est le laboratoire du pire, pour reprendre l'expression de Daniel Mermet). Car en France, nous ne pouvons pas compter sur les médias pour nous informer (pour rappel, la France est classée au 44ème rang mondial pour la liberté de la presse)et sur le reste.
Quant au peuple français qui serait derrière vous, j'aimerais pouvoir le croire mais malheureusement, ce peuple est pour une grande partie amorphe depuis longtemps.

Denderman a dit…

Vous avez dit laboratoire ... ? A la lecture de ce qui précède me vient une vision, déplacée sûrement eu-égard à la mémoire, mais il y a soixante ans, dans des camps sinistres et ignobles, des hommes de "sciences" cyniques mais éduqués, cultes et raffinés se livraient à des expériences abjectes et abominables sur d'autres hommes. Toutes proportions gardées l'"Histoire" a tendance à bégayer. La finance du diable a remplacé les médecins du diable.

Denderman a dit…

Lire "soixante-dix ans"

Toutatis a dit…

Depuis le début des problèmes je lis (sur des sites américains de tendance libertarienne, comme par exemple celui de Mike Shedlock) que le seul choix pour la Grèce, celui qui ferait le moins de dégats, est la sortie immédiate de l'euro et le défaut total sur la dette.
D'autres pays avant l'ont fait. La justification étant que les prèteurs doivent assumer les risques qu'ils ont pris.
Si cela avait été fait dès le début cela aurait été dur pour les Grecs mais ils seraient maintenant sur la voie du rétablissement.
Alors pourquoi une telle solution n'a trouvé aucun écho dans les partis politiques grecs et non plus dans la population apparemment ?

Nicolas VDR a dit…

L'Allemagne est en train de commettre son deuxième crime contre l'humanité en moins d'un siècle (comment appeler autrement des actes hostiles visant à piller un pays et à pousser un peuple au suicide, à la misère, à l'humiliation ?).

Quant à la France, pour la seconde fois en moins d'un siècle, elle collabore avec l'Allemagne.

Filougrec a dit…

Bonjour et merci pour ce blog éloquent et reflet de l'abjection qui tombe sur la Grèce. Comme il est dit par d'autres, ce pays sert d'expérimentation pour l'Accord Général sur le Commerce et les Services (vieux fantasme des américains pour tout libéraliser) . Je vous renvoie au Bilderberg club : http://www.syti.net/Organisations/Bilderberg.html

Llewaragorn a dit…

http://www.dailymotion.com/video/xoalww_alain-soral-et-pierre-jovanovic-revue-de-presse-de-fevrier-2012_news?start=365#from=embediframe

il faudrait la traduire et ils ont prevu de venir en Grece

râleuse a dit…

oui, merci de nous tenir si bien informé, car ici on ne parle pratiquement plus de la grèce dans nos médias; et de plus les élection qui s'annoncent produiront les mêmes effets que chez vous ,car ce ne sont pas nos erzats de socialistes qui vont nous sauver

Filougrec a dit…

Pour avoir des nouvelles de la Grèce, hormis le présente blog et OkeNews (http://www.okeanews.fr/greek-crisis-age-de-clash/), il suffit de créer une veille sur Google avec le mot "grèce". Un mail avec les liens vers les sites est reçu quasiment chaque jour.

Christian-cecil a dit…

J'ai donné 10 €. Il faut absolument que nous français fassions passer le message : 1 / nos dirigeants ne nous représentent plus 2 / La crise grecque est le ballon d'essai de toutes les techniques "d'anéantissement matériel et moral" qui sera appliqué pays après pays pour en finir une fois pour toutes avec les idée de démocratie, de 1789 ou de redistribution sociale. Si la Grèce tient, l'Europe est sauvée. Du temps de la guerre d'Espagne, on envoyait des brigades contre le fascisme, aujourd'hui doit venir de toute l'Europe de l'argent et des dons pour que les grecs luttent et terrassent l'hydre du FMI/FSE (l'article 8 précise bien que le FSE est le FMI). Il est clair maintenant que la crise grecque est la répétition générale dans un pays périphérique (comme la guerre d'Espagne en 1936) des nouvelles armes d'anéantissement des peuples européens et américain.

zozefine a dit…

âge de clash, âge des paradoxes. je signale un (encore petit) mouvement, (mais les petites rivières font les gros océans = 40 personnes) sur l’île de Syros, la SANO : des gens se lancent depuis 2 mois dans une expérience de « monnaie complémentaire », par système de point par heure de travail ou quantité X de biens, donner une heure de travail (tout travail vaut 1 point, que ce soit une consultation de toubib ou une heure de baby-sitting) ou une quantité X de « chose » (huile, tomates, etc.) donne un point sano (+1 sano), recevoir une heure de travail ou une quantité X de chose prend un point sano (-1 point sano), le « jeu » étant de garder l’équilibre. j’attends la prochaine réunion pour en apprendre plus.

mais ceci pour relever un paradoxe : alors que ça fait pousser des cris d’horreur à la troïka, aux néo-libs, aux capitalistes de tout poil à qui ça fout des spasmes, la crise est en train, simplement, de faire EXPLOSER l’économie parallèle. l’état trahissant tous ses devoirs, à tous les niveaux, c’est simple, les gens feront SANS… ce qui est, à mon avis, une tendance lourde chez les grecs, qui pensent réseaux et horizontalité si naturellement, des anars originels en somme… et puis, il n’y a pas d’autre solution que vivre autre chose autrement avec d’autres valeurs. vive la crise…

une autre chose : si l'on en croit les sondages récents d'intentions de vote, la gauche anti-mesures d'austérité rafle très largement la mise, à en rendre jaloux le FdG en france ! c'est une très très mauvaise nouvelle pour le groupe des "le pognon d'abord", et le groupe des "garder le pouvoir et ses fesses au chaud avant tout". si on suit l'hypothèse de la stratégie du choc, on a à faire avec l'expérience géante du "jusqu'où peut-on pousser des populations au désespoir et à la misère noire sans qu'elles explosent ?" : on dirait bien, à lire ces sondages, que l'expé va tourner court en grèce. par contre, il y a un autre pays qui se fait dépecer à vif, et qui, lui, semble ne pas exploser et se laisser faire : le portugal. j'espère me tromper, et que l'expé là aussi va rater. et avoir raison de penser qu'ici, en grèce, des lendemains qui chantent en mangeant un petit mézé face à la mer nous attendent bientôt, avant la 4ème ou 5ème génération après nous...

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...