jeudi 9 février 2012

6ème étage ou 6ème avenue ?



En Grèce, depuis l’arrivée de la Troïka nous devenons tous une... atmosphère. Dans des conditions de laboratoire et sous pression. Par modélisation exemplaire et accélération des particules, élémentaires si l’on préfère. Et ces particules c’est bien nous. L’accélérateur quant à lui, relève de la mécanique du dernier méta-capitalisme bancocrate.

19 commentaires

Laurent A. a dit…

Bonjour,

je suis un lecteur assidu de vos billets. Je suis d'origine grecque (chypriote) et je suis content d'avoir des nouvelles de la Grèce sachant que j'y ai vécu temporairement il y a quelques années.

Je suis tous les jours de plus en plus révoltés par ce qui s'y passe et de la réaction allant de l'indifférence au mépris de beaucoup de Français ignares qui pensent que les Grecs ont tout fait pour en arriver là et qu'ils devraient se laisser se faire vampiriser pour nourrir les bouches de rentiers avides.

Je souhaiterai tout de même comprendre. Comprendre pourquoi le peuple ne se révolte pas, vous tracez des parallèles avec la thérapie du choc mais tout de même. J'ai voyagé dans plusieurs pays, et s'il y a bien un pays dans lequel les gens sont loin d'être dociles, c'est bien la Grèce (hormis la France dont la rébellion est la spécialité). Vous qui êtes là bas, pensez vous que l'accord qui vient de passer va faire exploser le pays?

Pourriez vous nous faire part de liens pour avoir des informations de qualité sur ce qui s'y passe (même en grec).

Bien amicalement,

Laurent A.

donosson a dit…

Bonjour,
en réaction au commentaire précédent, j'aimerai également avoir avis. Comment sont-ils arrivés à écraser un peuple sans que celui-ci ne trouve la ressource nécessaire pour se révolter ? L'hiver (le froid) joue-t-il un rôle ? Il n'y a pas de personnalité capable de catalyser le mécontentement ? Il y a un espoir de retrouver la vie d'avant ?
En tout cas, Merci pour votre travail et bon courage.
Nicolas.

Jacoti a dit…

On recommence la bataille des Thermopyles!!

titika a dit…

je suis franchement démoralisée de voir que nous parlons si peu des problèmes de la Grèce,j'ai des nouvelles par mes amis sur place,nous devons soutenir le peuple grec et il faut parler ouvertement de la catastrophe que le peuple vit actuellement,un jour pas si loin ça sera peut-être bien,notre tour!!!!!!cordialement et bon courage au peuple grec Christina

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je voudrais savoir si quelle est, en grèce, l'analyse de la crise.

Il me semble que leur chance de salut est la sortie de l'euro, de préférence négociée. Qu'en dit-ton ?

Filougrec a dit…

Répondre à ce type d'agression d'un peuple ne me semble pas très aisé : la France n'est pas la Grèce, mais jusqu'à quand serions nous prêts à supporter l'insupportable ? De quels moyens disposerions-nous face à la force publique ? Personnellement, je n'ai pas réponse.

Toutatis a dit…

En ce qui concerne le soit-disant manque de réactions des Grecs je voudrais citer deux exemples :
- Les Français ont voté contre le traité constitutionnel européen en 2005, on le leur a remis par voie parlementaire ensuite, quelles réactions ?
- Les Irlandais n'étaient pas d'accord pour rembourser les dettes de leurs banques (privées) et ont viré leurs dirigeants à cause de ça, et ceux qui les ont remplacé se sont fait élire sur la promesse de ne pas faire payer les contribuables. Promesse qu'ils ont aussitot trahie. Les Irlandais se sont révoltés ?

Les anti-eurocrates ont été virés ou marginalisés dans les deux partis français soit-disant "de gouvernement". Et ça n'empèche pas ces deux partis d'être en tète des sondages pour les prochaines présidentielles. Nous avons déjà nos futurs Papandreou.

titika a dit…

Tu as raison Toutatis,total,nous pouvons le dire nous sommes dans une sacrée skatta!!!!!!!!!!!!

cordialement

Christina

Jacoti a dit…

Je ne vois qu’une chose, refaire la bataille des Thermopyles: http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Thermopyles
Malheureusement encore du sang et des morts !!!
Et si vous connaissez l’histoire il n’est pas bon de naître du côté des Balkans, l’histoire se répète et l’occupation de la Grèce ne date pas d’hier, elle n’a pas vraiment eu son indépendance en 1827 souvenez-vous de la bataille de Navarin: http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Navarin où les franco-russso-britannique intervenaient enfin pour arrêter les effusions de sang après que les grecs soient épuisés pour ensuite prendre le contrôle.
Et ne parlons pas de la résistance grecque et des morts, puis la guerre civile: http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%Résistance_grecque
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_civile_grecque
Les communistes ont participé activement à la résistance et se sont ensuite retrouvés traqués et trahis, emprisonnés.
Et les dictatures… Metaxas 1936, les Colonels 1967… c’est sans fin….
Bref, j’ai l’impression que l’on oublie l’histoire et les atrocités, est-ce que l’on a vraiment envie de revenir à la boucherie et de renier ce confort acquis depuis peu et prendre des risques !!
Le risque de mourir, vous comprenez ?
Je vis en Grèce dans une île agricole et peu touristique où la tranquillité des habitants est quelquefois confondante par rapport à ses voisines Naxos et Paros où la misère et la faim est bien installée.
Je vous salue bien.

François Apocatime a dit…

Savez-vous qu'il n'y a aucune sortie possible de l'euro sans une sortie simultanée de l'UE ?

Savez-vous que cette sortie de l'UE est tout à fait légale puisqu'elle a été prévue par le traité de Lisbonne sur la base de l'article 50 ?

Savez-vous que ici en France, nos médias taisent volontairement cette possibilité ?

Si vous souhaitez tout connaître sur la dictature qui est en train de se mettre en place à travers tout le continent, je vous conseille ce site : http://www.u-p-r.fr/

Regardez les conférences, les articles,... Tout y est décortiqué dans les moindres détails...

Bien à vous et tout mon soutien au peuple grec pour qu'il se réveille. La dictature par l'ignorance ne doit pas passer...

François Apocatime a dit…

C'est pour cela que nous sommes de plus en plus nombreux à ouvrir les yeux et à nous rejoindre au sein de l'UPR...

Si cela vous tente, c'est ici : http://www.u-p-r.fr/

Denderman a dit…

"Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux"... sur la Grèce, en attendant sur le reste de l'UE

Blogoo'Sphère a dit…

"Savez-vous qu'il n'y a aucune sortie possible de l'euro sans une sortie simultanée de l'UE ?"

On entend souvent cet argument: je suis en désaccord complet. Le Royaume-Uni et la Suède (par exemple) sont l'Union Européen, et pas dans la zone euro...

De plus, techniquement parlant, cela peut se faire dans la nuit.

Et puis, si la Grèce doit quitter l'UE, si elle doit rejoindre quelqu'un, elle n'aura qu'à rejoindre la Sainte-Russie, orthodoxe...

Ce qui serait plus raisonnable pour tout le monde, y compris l'intéressée, c'est que ce soit l'Allemagne qui quitte la zone Euro.

Cordialement

Cooloomat a dit…

Le principal syndicat de policiers en Grèce menace de réclamer des mandats d'arrêt contre les émissaires de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) imposant la mise en oeuvre de mesures d'austérité fortement impopulaires.

Dans une lettre dont Reuters a eu connaissance vendredi, la Fédération de la police grecque accuse ces représentants des bailleurs de fonds internationaux de la Grèce de "chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale".

Cette lettre précise que l'une des personnalités visées est Poul Thomsen, le principal représentant du FMI en Grèce. La missive a aussi été adressée à Klaus Masuch, chef de la délégation de la Banque centrale européenne (BCE), et à Servaas Deroos, ancien inspecteur en chef de la Commission européenne en Grèce.

Cette menace est essentiellement symbolique puisque, soulignent des experts des questions juridiques, un mandat d'arrêt doit d'abord être émis par un juge. Cette initiative illustre cependant l'ampleur de la colère de la population grecque face aux baisses de salaires et aux coupes claires dans les budgets de l'Etat exigées par les créanciers internationaux de la Grèce.

"Comme vous poursuivez cette politique destructrice, nous vous prévenons que vous ne pouvez nous contraindre à nous battre contre nos frères. Nous refusons de nous élever face à nos parents, nos frères, nos enfants ou tout citoyen manifestant ou exigeant un changement de politique", souligne le syndicat, qui représente plus de deux tiers des effectifs policiers de la Grèce.

"Nous vous prévenons que, en tant que représentants légaux des policiers grecs, nous allons émettre des mandats d'arrêts pour une série d'infractions légales (...) telles que chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale."

Un responsable syndical a cependant souligné que cette lettre constituait une manifestation symbolique de solidarité avec la population et que les policiers continueraient de lutter contre les débordements lors des manifestations.

Les policiers sont directement confrontés à la colère populaire qui se manifeste régulièrement à l'occasion de rassemblements devant le parlement à Athènes. Le slogan "Policiers, porcs, assassins" est régulièrement scandé ou inscrit sauvagement sur les murs.

Plusieurs milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées vendredi à Athènes pour manifester contre de nouvelles mesures d'austérité entérinées par le gouvernement sous la pression des créanciers internationaux.

(Reuters - 10/02/2012 à 15:00)

Ainsi va la vie a dit…

les lumières sont focalisées sur la Grèce, tant mieux, mais ce dont vous ne vous rendez pas compte c'est que chaque pays de l'Europe risque de vivre des telles situations puisqu'on privatise tout ce qui peut être privatisé et cela à commencé voici une vingtaine d'année et c'est pas fini tant qu'il faudra renflouer ceux qui nous spoliés de notre démocratie de choisir notre mode de vie, il faut que la population s’indigne, mais sans bain de sang cela ne sert à rien, au mieux si, cela servira à 1% de la population mondiale qui détient le pouvoir financier au détriment du BIB
A qui profite ce crime sinon à ceux qui possèdent déjà l'argent pour s'acheter des morceaux laissés pour compte et que l'état ne peut plus entretenir le complot de l'appropriation de biens grec est un fait mais comment ceux qui perdent de plus en plus leur pouvoir d'achat et qui a terme n'auront plus rien à manger pourront s'indigner ?
L'humain et ainsi fait il s'habitue de tout même de crever de faim sans protester !

titika a dit…

Et oui,quelle tristesse,l'impression dêtre toujours au moyen âge,les riches d'un côté,les pauvres de l'autre,et pourtant nous sommes si nombreux et nous sommes le moteur de nos pays,nous pourrions tout bloquer tous ensemble,alors pourquoi cet isolement et ce manque d'actions entre nous tous les europeens???????? Titika je ne parle pas de violence,car la violence détruit tout et tout le monde,mais d'un stop à la Gandhi!!!!!

Anonyme a dit…

Avec Syriza, il y a des convergences avec le Front de Gauche en France... C'est en travaillant tous ensemble qu'on arrivera à faire bouger les choses...

Anonyme a dit…

Bonsoir,

Quel crédit apportez vous à cette information ?
Quelles remarques avez vous à faire sur cette affaire ?
En un mot ... qu'en pensez vous ?

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-caroline-porteu/230612/trop-cest-trop-jaccuse

Je n'accorde aucun crédit au réseau Voltaire, mais ils ne sont pas les seuls à en parler, je ne sais vraiment pas quoi en penser ?

J'attends votre réponse avec impatience.
Merci
Sabine

Panagiotis Grigoriou a dit…

Bonjour,

En vous remerciant pour votre commentaire, je voudrais confirmer ces informations. C'est exact qu'il y a du pétrole et pas seulement en Grèce, du nord de la mer Égée, en mer Ionienne et en Crète. La presse grecque, ainsi que certains mouvements politiques (Mikis Theodorakis par exemple) évoquent cette réalité. Par contre je suis incapable de répondre avec exactitude sur le volume potentiel de ces réserves, ainsi que sur la rentabilité des gisements. Mais si on juge en comparant avec les gisements exploitables au sud de Chypre, je pense qu'effectivement, on peut dire que de ce point de vue, la Grèce serait un pays riche.

Encore merci

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...