jeudi 15 décembre 2011

Réservistes et anarchistes



Ce matin à la radio on découvre les vœux de la nouvelle ère: “Bonnes fêtes, et la liberté pour 2012”. Les publicités s'y adaptent également: “La crise amène la tristesse. Si vous voulez retrouver un visage joyeux, venez découvrir nos boutiques...”.
Tristesse, maître mot de la matrice culturelle ambiante, mais aussi réalité psychologique. C'est cette tristesse qui m'a frappé en revenant ici, après la parenthèse parisienne.



* Photo de couverture: Rue d’Athènes

1 commentaire

benrhamin a dit…

Bonjour! Je viens de créer un site d'actualités proposant un article hebdomadaire illustré par des linogravures. Le sujet du dernier article est la Grèce, et surtout la désinformation à propos de la réalité de la crise vécue par les Grecs. Aussi vous ai-je mis en lien .
L'adresse de ce site est: http://actualinos.blogspot.com/
Merci!

Enregistrer un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...