dimanche 20 novembre 2011

Les 417 coups



Il était une fois une génération. Jeune, inquiète, vivant un peu à l'étroit dans un pays timidement touristique, sous un soleil radieux mais mordant. Georges, le dictateur au pouvoir, ridiculisait jour après jour, les apparences même de sa junte, successeur “digne” d'une démocratie déjà boiteuse et autodestructrice, par les agissements et autres putsch parlementaires des partis, et ceci dès 1965.

1 commentaire

Toutatis a dit…

Pour information, ici on parle de la Grèce

http://www.lesechos.fr//entreprises-secteurs/enquete/0201744649236-l-homme-qui-veut-faire-payer-leurs-impots-aux-grecs-251756.php

Publier un commentaire

L'équipe de "greek crisis" respecte toutes les opinions, mais se
réserve le droit de ne pas publier des commentaires offensifs...

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.