samedi 17 octobre 2020

Au-delà de la barbarie



Au-delà de la barbarie, les humbles de ce monde espèrent encore. Ce n’est pourtant pas toujours facile par les temps qui courent. En dépit des affaires ô combien brûlantes de l’actualité grecque, au café du petit port, on commente autant ce samedi matin le dernier épisode dans cette même guerre, cette fois-ci en France.

Donation - Appel mensuel


Merci de votre soutien !


jeudi 15 octobre 2020

Soleil couchant



On a beau admirer le splendide coucher de soleil sur la mer Égée, le cœur n’y est pas. Seuls nos visiteurs, se laissent encore emporter par la seule beauté des sites et des situations qui sont les nôtres. Pourtant, l’automne se fait gentiment sentir, les orages de passages ont même déraciné des arbres à Athènes mais l’essentiel est comme toujours ailleurs, loin même du délire COVIDien lequel n’emportera pas le pays.

vendredi 9 octobre 2020

Daube dorée



Pays et ses échoppes aux souvenirs... désinfectés. Sous l’Acropole, les rares touristes apprécient ce qui peut encore être apprécié. Vestiges et autres matérialités qui finissent par se confondre dans le brouillard ontologique dominant. Sauf pour l’agenda de plus en plus apparent, prédit par Orwell depuis déjà un moment. L’actuel système totalitaire des mutants apatrides, requinqué comme il est derrière son rideau COVIDien, inventera même jusqu’au bout, y compris ses propres fausses menaces, brouillant les pistes comme broyant les cerveaux, pour ainsi mieux hypothéquer l’avenir quand le présent est déjà plié.

samedi 3 octobre 2020

La main de Dieu



Nous naviguons à vue depuis déjà un moment entre l’histoire, la mémoire et l’actualité. Par moments même, cette dernière se moque éperdument des deux autres. Plongés comme nous sommes dans une telle cadence paroxysmique des faits et des gestes, la nouvelle de la destruction finale après “privatisation” du site d’Hellenikón, celui de l’ancien aéroport d’Athènes, n’a pas été suffisamment diffusée par les médias et pour cause. Pourtant, ce site fait partie intégrante de la mémoire collective grecque, ainsi sacrifiée. Pays... bradé jusqu’à la moelle par une bande d’escrocs.

mercredi 30 septembre 2020

Valeur géopolitique



Le pays paisible grec n’est plus, sauf peut-être dans ses montagnes supposées perdues, ou sinon dans ses mythes. Sous la conduite des maîtres fous, l’histoire s’accélère jour après jour, du Caucase à Chypre en passant par les capitales de l’Europe capitulée. Et la vie des humbles est alors réduite.

jeudi 24 septembre 2020

Haute trahison



Pays historiquement amarré au colpo grosso. Petits métiers, paupérisation, grands escrocs et en premier choix... la trahison. C’est de l’histoire qui se répète alors jusqu’à sa fin. Le pantin Mitsotákis entame désormais ouvertement des discussions avec Erdogan. Athènes admet le préalable de “la démilitarisation” des îles grecques de l’Égée. Autrement dit, les laisser sans défense devant le prédateur d’en face ; le tout, sous ordre de Berlin. Les Colonels en leur piètre temps avaient rappelé la Division de l’armée grecque de Chypre. Quelques mois après seulement, les hordes d’Attila envahissaient l’île si chère à Séféris. Décidément, 1974 n’est guère loin sauf qu’il ne faut pas qu’il se répète.

dimanche 13 septembre 2020

Mória et sa morsure



Trop, c’est trop. Il faut enfin arrêter avec le prétendu angélisme et toute sa propagande sans cesse réchauffée à la sauce immigrationniste. Les services secrets de la Turquie, les ONG germano-compatibles, au besoin islamistes, ainsi que leurs complices Antifa et assimilés appointés par Sóros, renforcent depuis un moment déjà le trait de leurs méfaits. Le calendrier s’accélère. Ce petit monde, truffé de complotistes mafieux et d’agents à tous les étages, vient d’en rajouter au chaos à Lesbos, à commencer par la planification et l’exécution tactique de “l’opération incendie” du camp de Mória.

mercredi 9 septembre 2020

À feu... et bientôt à sang ?



Au pays de l’été, l’hiver s’annonce très dur. C’est alors un engourdissement survivaliste décisif, voire fatal, qui se profile à l’horizon COVIDien des faillites et des fermetures définitives entre cafés et boutiques. En plus de la guerre initiée par la Turquie, pour ne pas oublier la géopolitique du pire en ces eaux troubles de notre siècle déjà entamé. Les “migrants” brûlent en ce moment Lesbos et ce n’est qu’un début. Entre le chaud et le froid, la tenaille se referme autour du pays. Sauf que son âme n’a pas déposé ses armes, et que l’époque pourrait s’avérer propice aux renversements ainsi qu’à la Catharsis.