lundi 1 juin 2020

Enfants du Pirée



Péloponnèse proche de l’Attique. Les premiers ferrys sont de retour fin mai avec l’arrivée des chatons nouveaux. Pays aux cafés certes déjà rouverts, on croit alors revivre les temps d’avant, mais c’est une illusion. Belle illusion et néanmoins nécessaire, tant la petite joie populaire, celle de la proximité, est grande ; elle vient accompagner les inquiétudes et la morosité ambiantes. Juin déjà.

Donation - Appel mensuel


Merci de votre soutien !


vendredi 29 mai 2020

Machination



Au pays déconfiné les terrasses restent souvent vides. Terrasses des cafés comme terrasses privées. Aux villages du vieux Péloponnèse, réinvestis dans tout le sens du terme par les retraités acquéreurs de l’Europe du nord, l’aporie est de mise. Certaines demeures sont closes, les habitants s’inquiètent vraiment des pensionnés propriétaires, restés bloqués pour cause de COVID-19 dans le... grand nord au-delà du parallèle boréal de Zagreb à Limoges!

lundi 25 mai 2020

Cafés et terrasses



Petite victoire, grande joie. Les églises, les cafés et les tavernes ont rouvert après deux mois et demi de fermeture. Notre sociabilité est de retour, elle est cependant blessée et surtout appauvrie. Mais on fera avec, comme on sait se débrouiller à la seule et unique manière héritée des anciens. Se retrouver, échanger, agir et si possible... travailler. Contre vents et marées.

jeudi 21 mai 2020

Visitez la Grèce pour apprendre la vérité !



Le déconfinement grec est désormais total, à l’exception toutefois notable de certaines îles... ainsi que de l’économie. Les cafés et les tavernes ouvriront de nouveau ce lundi 25 mai, bien entendu sous certaines conditions. Déjà, la vente de boissons alcoolisées ainsi que la musique des bars sont frappées d’interdiction sur les plages et quant à nos touristes tant espérés après l’ouverture progressive des frontières à partir de juin, ils devront alors et à l’instar des Grecs, suivre si possible les dites règles du nouveau recul social... après avoir été entassés dans les avions. Folie moderne!

jeudi 14 mai 2020

Épidémocratie



Mois de mai bien entamé. Péloponnèse mythique. On assiste à la floraison des oliviers et ce sont alors des milliers de petites fleurs blanches qui tapissent les arbres face à la mer. L’été ante portas et voilà que les plages de l’Attique autour d’Athènes sont déjà fréquentées. C’est enfin le temps des premières baignades, pour ne considérer que l’image apparemment idyllique du pays. Sinon, l’économie reste au point mort, tandis que la bande des Mitsotákis aux manettes prépare alors un arsenal juridique complet, rien que pour interdire les futures manifestations et rassemblements... sous prétexte de menace sanitaire. Il faut bien dire que de la devise nationale en Grèce “La liberté ou la mort”, c’est plutôt de la mort de la liberté dont il est déjà question, le prétexte étant d’ailleurs rapidement trouvé.

vendredi 8 mai 2020

Nativisme confiné



Beau pays, tout en contrastes. Ceux du village le quittent rarement, sinon pour travailler dans la marine marchande. Mai des coquelicots et de la lumière. Le déconfinement graduel admet déjà les promenades aux alentours et l’ouverture des églises, après leur fermeture contrainte et forcée tant critiquée. Petites chapelles dans une nature luxuriante, le cadre paraît idyllique. Lieux d’émerveillement où l’on découvre de nouveau des animaux de trait ou de somme, ils retrouvent il faut dire en cette année virale... un peu de leur glorieux passé.

mardi 5 mai 2020

Au-dessus de la mêlée



Déconfinement partiel, pays en confit. Le jour d’après ressemblera au jour d’avant, l’économie en moins, plus la géopolitique du chaos à tous les étages. Des journalistes évoqueront... d’après leurs cahiers de charge le retour à la routine, seulement, on cheminera plutôt de surprise en surprise. La guerre hybride ne cessera pas, bien au contraire, ses fronts se multiplieront, Covid-19 compris, allant de l’immigrationnisme ambiant, aux mensonges des politiciens quant à la reprise des affaires ou à la rentrée du travail.

samedi 2 mai 2020

Cava dei Greci



Époque charnière, semaines qui défilent. Admettons que du confinement à la déconfiture, le chemin ne serait guère long. L’horizon du mois de mai enfin atteint et c’est déjà l’été grec qui s’annonce. Au village, on vit toujours au rythme des caïques d’ici ou alors de courte escale, comme dans l’après-midi du premier mai. Un chalutier d’Égine est venu décharger sa prise jusqu’à l’entrée du port, il y avait même de la crevette à bord mais en quantité exclusivement destinée au grossiste du coin. Petite déception, grande curiosité !