jeudi 19 avril 2018

Le salut du peuple



Il était une fois, comme bien souvent dans les contes, un Docteur Folamour, sa suffisante doxa et deux autres dirigeants... suiveurs. À cette époque on ne pouvait trouver attitude plus bilieuse sur la terre. Les prétextes, les leurs, ils ont été trouvés, tordus, voire au besoin fabriqués. Leurs missiles, à défaut de véritable mission, ils ont été pour l’essentiel interceptés et détruits avant de toucher le sol. Pauvres gens, piètres dirigeants. Voilà en résumé la vision grecque (non officielle) des événements qui ont frappé la Syrie il y a quelques jours. Et Athènes... c’est en quelque sorte l’Orient !

mercredi 18 avril 2018

Donation - Appel mensuel


Merci de votre soutien !


dimanche 8 avril 2018

Lumière



Les Grecs ont ainsi célébré la Résurrection. Celle du Chris. Églises du pays où les popes ont amené la lumière de la vie à ceux qui s’y sont rendus bien nombreux, cierge après cierge, bougie après bougie. Dimanche de Pâques tôt dans le café du petit coin les plus vieux boivent déjà leur premier café. “Voilà que Pâques c'est déjà passé. Qu'attendons-nous d'autre ? L'été, et rien de plus”. Samedi Saint sous la pluie, Vendredi Saint déjà derrière nous, la procession de l’Épitaphe, “le drame divin”, d’après le jargon qui s’impose.

vendredi 6 avril 2018

Résurrection



Pâques en vue. Le pays s’y prépare, le soleil en plus. La météo annonce un bref passage pluvieux tout juste pour ce Vendredi saint, rien de bien dramatique. Cette année, la plus grande fête chez les Orthodoxes elle est fixée une semaine après Pâques des Catholiques, question de calcul et de nouvelle lune. La tradition veut que l’on consomme les œufs rouges, symbole de Pâques par excellence, on en trouve ainsi en ce moment sur les marchés à Athènes comme partout en Grèce. Donc... résurrection alors prochaine !

samedi 31 mars 2018

Pays rêvé



Le mois de mars se termine paraît-il... dans une certaine légèreté. Les Grecs préparent Pâques, la plus grande fête de l’Orthodoxie, fixée cette année une semaine après Pâques des Catholiques. Il y a une semaine, à l’occasion de sa fête nationale du 25 mars, le pays fatigué a célébré la Révolution de 1821 contre l’Empire ottoman, aboutissant comme on sait à la création de l’état grec moderne. “Brandissons tous notre drapeau sur nos balcons, preuve -s'il en faut- de notre résistance face aux gouvernants Tsipras-Quisling lesquels de toute évidence... haïssent notre patrie”, pourrait-on se raconter en boucle depuis certaines émissions radios, à l’instar de 90.1 FM. Signes des temps qui sont autant les nôtres.

mercredi 21 mars 2018

Équinoxe



Printemps flagrant. Les émissions matinales des radios d’Athènes évoquent alors volontiers ce jour d’équinoxe, 21 mars. Temps... de fête, réalisant si possible cette condensation symbolique et voulue de l'espace réel. Dans le Péloponnèse ou en Golfe Saronique, les habitants préparent les filets de pêche et les matous qui rodent autour les regardent faire. Temps qui s’arrête, lorsque l’histoire nous file sans doute entre les doigts. Équinoxe !

mardi 13 mars 2018

Résister



Au pays grec le soleil revient. Printemps. Fánis, depuis son café dans le Péloponnèse, il commente à sa manière la dernière décision de la Justice, annoncée très tard dans la nuit du 10 au 11 mars... au sujet d’un match de football entre l’Olympique du Pirée et le PAOK de Thessalonique, match qui ne s’était jamais achevé pour cause d’affrontements entre supporteurs. “Ils ont donné raison à PAOK car c'est l'équipe de Savvídis, l’homme fort des Russes. La Grèce est fichue, c’est le foutoir, quel gouvernement ? On en rigole même jusqu’en Afrique...”.