dimanche 11 novembre 2018

Voie sacrée



Les événements se succèdent et se ressemblent trop. Le rythme de la dite actualité est plus qu’effréné. Le sens commun, celui des mortels en tout cas, n’arrive plus à suivre tous ces faits et gestes des marionnettes du système, et encore moins à réagir. Les gouvernements privatisés et globalisés, et qui tentent de détruire un par un les pays, les nations et leur culture ; ils accélèrent alors ce processus pour lequel très exactement ils ont été programmés. Et déjà, sept années d’existence plutôt amère pour ce blog, inauguré en octobre 2011. Tenir coûte que coûte durant toute... cette brève éternité. Pérennité pourtant et si possible lucidité. Vue autant imprenable sur l’histoire, comme depuis les Météores et leurs monastères en terre de Thessalie.

samedi 10 novembre 2018

Donation - Appel mensuel


Merci de votre soutien !


samedi 27 octobre 2018

Délitement



Vendredi 26 octobre. Dès le matin les cloches des églises ont sonné la Saint Dimitri. C’est vrai que les marionnettes des mondialisateurs à la Tsípras, ne les ont pas encore interdites, comme c’est aussi dans l’air du temps. En attendant, au pays si secoué les séismes ne manquent pas. Une secousse de magnitude 6,4 a été enregistrée ce même vendredi sur l’île de Zákynthos, d’après les médias les dégâts ne sont que matériels. Mer belle aux îles secoués, souvenirs et incarnations, pour à peine paraphraser Claude Debussy. Oui, comme il est bien loin le siècle dernier, et en quelque sorte ultime.

samedi 20 octobre 2018

Qui veut gagner des millions de Soros ?



Couleurs d’automne. Les feuilles tombent des arbres, tandis que des millions tombent paraît-il sur les Balkans... des caisses du financier et spéculateur George Soros. Á Athènes, le Ministère des Affaires étrangères et fanfaron attitré Nikos Kotziás vient de démissionner. En Conseil des Ministres, Kotziás a eu une altercation verbale très violente avec son homologue à la Défense, l’autre fanfaron Pános Kamménos. Ce dernier, d’après les medias grecs, a entre autres reproché à Kotziás d’avoir reçu 50 millions d’euros du financier Soros dans le but de faire avancer coûte que coûte l’accord Macédonien de Tsípras-Zaev, lequel est autant celui de Berlin, de Bruxelles, de l’OTAN et surtout, celui du spéculateur Soros. Les feuilles... tombent, couleuvres d’automne, avalées parfois comme les ministres !

dimanche 14 octobre 2018

Xénocratie bavaroise



Nouvel automne au vieux pays. Zorbá, le cyclone subtropical méditerranéen qui s'est engouffré dans la mer Égée s'est éteint certes, sauf que le pays réel s’incruste comme jamais dans sa tourmente finale C’est bien connu, la seule météo ne suffit plus pour faire, et encore moins pour défaire un pays. Cela, contrairement à la “gouvernance”... de Tsípras et des mondialisateurs réunis. Pour ceux qui ne l'auraient pas remarqué, nous subissons alors une guerre sans précédant, probablement ultime et déjà totale, à la manière inique et unique de ce siècle du technologisme féodal. Au pays des symboles et des remparts surannés, nous entrerions on dirait parfois dans la mer comme pour toujours. Tropismes d’automne ?

lundi 1 octobre 2018

Zorba le Grec



Notre sérénité ultime se cacherait-elle dans les théâtres antiques ? Le pays en a vu certes d’autres tempêtes, mais cette fois c’est décidément une météo inhabituelle. Le Péloponnèse, Athènes et les îles de la mer Égée ont subi ces derniers jours les dégâts du passage de... “Zorbás”, nom donné par euphémisme au medicane qui frappe encore la Grèce. Dépression subtropicale ayant évolué depuis quelques heures en medicane, contraction de “mediterranean” et “hurricane”. La météorologie, le temps seulement de quelques heures, elle a effacé alors tous nos autres... bouleversements “climatiques”, voire, l’amertume contemporaine généralisée. Pluie et vent !

dimanche 23 septembre 2018

Amère Patrie



Bonne année pour le tourisme d’après les médias, nos plaisanciers restent ainsi longtemps à flotter entre les îles grecques, forcément à la surface de l'eau. Beau pays et cependant coquille de plus en plus vidée. Le gouvernement de l’indescriptible Aléxis Tsípras, fait semblant de découvrir qu’avec le reste des biens publics, il a également transféré la jouissance des sites archéologiques et des musées à la Treuhand à la grecque, c’est-à-dire aux mains des rapaces planétaires de l’Agence chargée de la privatisation des biens de la Grèce. Et pendant ce temps, on détruit à la chaîne les bateaux de pêche, de préférence traditionnels. Culture morte.