samedi 4 juillet 2015

Ultimes consciences



Athènes, ambiance assurée et cependant incertaine. Sur une façade de la Banque de Grèce, le seul graffiti... très frais qui s’impose par ces temps et par ces vents: “NON - 5 juillet”. Vendredi soir (3 juillet), place de la Constitution nous étions vraiment très nombreux. Grand rassemblement et concert en faveur du ‘NON’, émotion, dignité, et quoi qu’il arrive, un sens certain de la gravité des moments. J’y ai rencontré tant d’amis, tant de connaissances comme de consciences. “Venceremos, certainement”, fut le message que mon ami Kóstas Arvanítis m’a envoyé depuis son studio de la radio 105,5 (SYRIZA). Patience !

Donation


Merci de votre soutien !


jeudi 2 juillet 2015

Le sens du 'Non'



L’histoire avance, l’hystérie en plus. La propagande, la terreur exercée par le système et ses réserves, ainsi que la lutte des classes... et des clashs atteignent désormais le grand paroxysme. La société grecque n’avait d’ailleurs pas connu un tel clivage depuis le Coup d’état para-parlementaire, initié par le Roi en 1965, voire depuis les années de la guerre civile (1944-1949). En cette semaine de l’apocalypse (le mot signifie autant la découverte en grec moderne), les derniers masques sont tombés.

Greece Terra Incognita



La Grèce, de l'image à l'imaginaire: Naviguons ensemble en mer Égée et en voilier, au-delà... des idées reçues !

Notre concept s’inspire du voyage ethnographique en Grèce, à travers ses ancrages dans le passé historique et civilisationnel de l’espace méditerranéen.

C’est autant un périple qu’un chemin de connaissance, de réflexion et de dialogue, proposé par l’ethnologue et historien Panagiotis Grigoriou et ses partenaires, à tous ceux qui souhaitent voyager et appréhender nos réalités autrement, tout en pratiquant un “tourisme” responsable et solidaire.

Logotype et lien vers le site Terra Incognita




* Photo de couverture: Page d’accueil du site Terra Incognita

samedi 27 juin 2015

Brisures d’euro



L’histoire galope. Très... drôle de guerre. Visages crispés, parfois exubérants et singulièrement hésitants. Temps métrologique agité, vent fort balayant les Cyclades et autant les consciences. Matin du 27 juin, devant les guichets automatiques à Naxos, port et chef lieu de l’île d’Ariane délaissée il y avait déjà foule. Tout le monde commente les derniers accrocs du temps historique, d’abord le referendum annoncé, comme cette autre tempête qui a rendu l’accostage du Blue Star Délos plus délicat que de coutume.

lundi 22 juin 2015

Anker freie



Été grec, période qui rime avec les voyages et les périples. À mi-saison cependant entre le dénouement et le miracle, qui n’arrivent jamais en l’absence des hommes. La pression sur la Grèce atteint alors son point culminant, ou sinon, c’est de la théâtralité réussie ou plutôt de la dramaturgie. Lundi 22 juin, la radio “Rouge 105,5” (SYRIZA) prédit à sa manière le préaccord présumé et attendu entre la Grèce Tsipriote et les... institutions.

vendredi 19 juin 2015

Eurarcie absolue



Athènes sous la pluie du vendredi matin, tempête passagère. Pluie encore et autant... événementielle. Le gouvernement grec estime que les... institutions, ainsi que leur nombreux relais athéniens, ont mis en place un plan de déstabilisation politique et économique... de la Grèce Tsipriote. Fuite des capitaux, déclarations et démenties de la part de la BCE quant à la fermeture très probable des banques grecques lundi prochain, tout un programme.

mercredi 17 juin 2015

Rupture ?



Étape finale ? 17 juin 2015. Certains commentateurs radio découvrent enfin que nous sommes en guerre contre l’UE et contre les institutions (Real-FM). Panagiótis Roumeliótis, représentant de la Grèce auprès du FMI en 2010, précise dans sa déposition devant la Commission d’enquête du Parlement sur les responsabilités politiques qui ont conduit la Grèce sous le joug de la Troïka, que “des négociations secrètes ont eu lieu entre le FMI et les gouvernements allemand et français de l'époque en amont du programme grec”.

lundi 15 juin 2015

Poisson de... juin



Jours d’ultimatum, temps des extrêmes. Athènes sous 35 degrés et réunions de crise, kairós. “Nous n'avons pas le droit d'enterrer la démocratie sur le sol ou elle est née. Ce n’est pas une affaire de blocage idéologique, cela concerne la démocratie. Nous attendrons avec patience jusqu’au moment om les institutions adhérerons au réalisme”, déclare Alexis Tsípras lundi matin au “Quotidien des Rédacteurs”. Ambiance garantie.